LIVRAISON en FR / EN / DE
Produits Origine France Garantie

La cigarette électronique : un moyen de sevrage tabagique

La cigarette électronique est apparue en France à la fin des années 2000. Depuis, le marché s’est largement développé et elle s’est imposée comme un moyen de sevrage tabagique efficace parmi les autres substituts nicotiniques déjà présents sur le marché comme les patchs, les gommes à mâcher, l’acupuncture ou encore les traitements médicamenteux. Le geste identique du fumeur, le « throat hit », qui est le nom donné aux sensations apparaissant dans la gorge après l'utilisation d'une cigarette à tabac, permettent de faciliter le processus de sevrage.

La cigarette électronique : un moyen de sevrage tabagique sans danger

Depuis plusieurs années, la cigarette électronique connaît de nombreuses controverses. Les non-vapoteurs ont souvent tendance à émettre une certaine réserve quant à la qualité des produits que l’on peut retrouver dans les e-liquides et par conséquent l’impact qu’ils peuvent avoir sur la santé. Ces derniers mois, le grand public a été victime de nombreuses fake news provenant essentiellement d’Amérique du Nord. Aujourd’hui, nous savons parfaitement ce qui sort d’une cigarette électronique puisque la fabrication de matériel et de e-liquide est totalement maîtrisée. Il faut simplement être prudent et ne pas consommer des produits dont on ne connaît pas la provenance des matières premières. Chez Alfaliquid, les e-liquides sont composés de quatre familles d’ingrédients : le propylène glycol, la glycérine végétale, la nicotine – le tout de qualité EP, Pharmacopée Européenne – et d’arômes de qualité alimentaire adaptés à l’inhalation.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les moyens de contrôle de la qualité des e-liquides et l’encadrement strict du marché du vapotage découvrez dès maintenant nos articles dédiés.

Aux Etats-Unis, la consommation de tabac est très mal vue. Il peut être compliqué pour les fabricants de cigarettes électroniques de s’implanter puisque qu’ils doivent conquérir de nouvelles parts de marché auprès d’un public qui ne fume pas. Le vapotage est vu, alors, comme un loisir par une grande partie de la population.

Au contraire, le vapotage est bel est bien un moyen de sevrage tabagique et non pas un accessoire de loisir. Il n’existe d’ailleurs aucun effet passerelle de la cigarette électronique vers le tabac puisque selon le baromètre de Santé Publique France, l’agence nationale de santé publique sous tutelle du ministère de la Santé, publié en 2019, moins de 1% des vapoteurs n’ont jamais fumé.

L’arrivée de la cigarette électronique en France : une efficacité qui n’est plus à prouver

Selon ce même baromètre environ 700 000 personnes (ex-fumeurs) sont convaincues que vapoter les a aidés à arrêter de fumer.

Toujours selon Santé Publique France, dans un baromètre publié cette fois le 28 mai 2018, la cigarette électronique est la première aide à l’arrêt du tabac à hauteur de 26,9% de la population, suivie par les substituts nicotiniques classiques (18,3%) et enfin le recours à un médecin ou autre professionnel de la santé (10,4%).

Après les nombreuses polémiques survenues aux États-Unis, de nombreux professionnels de la santé sont intervenus dans les médias pour rétablir certaines vérités. C’est notamment le cas du Professeur Bertrand Dautzenberg, tabacologue et ancien pneumologue à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris qui a affirmé que « il y a trois fois plus d'arrêts du tabac avec la cigarette électronique qu'avec les autres substituts nicotiniques. » dans l’émission C’est-à-dire diffusée sur France 5 en septembre dernier.

En effet, une étude publiée dans le New England Journal of Medicine a démontré que l’on a deux fois plus de chances de sortir du tabac grâce à la cigarette électronique qu’avec les autres moyens de sevrage.

Enfin, c’est le Haut Conseil de Santé Public qui affirme que le vapotage « peut être considéré comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac des fumeurs ».

L’efficacité de la cigarette électronique n’est peut-être finalement plus à prouver puisque le nombre de consommateurs ne cessent d’augmenter. 1,8 Million de personnes vapotent quotidiennement selon le bilan publié par l’Institut de Veille Sanitaire en 2017. Un chiffre qui ne cesse de grandir.

L’édition du Moi(s) sans tabac 2019 approche ! Le Moi(s) sans tabac est un défi collectif, mis en place par le Ministère de la Santé, qui propose à tous les fumeurs d’arrêter le tabac pendant un mois. La cigarette électronique figure parmi les moyens de sevrage tabagique proposés.  

Témoignages

Beaucoup de vapoteurs n’hésitent pas à témoigner de leur expérience afin de motiver les fumeurs et de montrer avec fierté l’évolution de progression dans leur sevrage tabagique :

Pour Lima, 27 ans, journaliste,4 jours lui ont suffi pour observer une différence. C’est en effet ce qu’elle a affirmé au quotidien français Libération : « J’ai vu une tabacologue et elle m’a conseillé de passer à la cigarette électronique. En quatre jours seulement j’ai vu les effets de l’arrêt de la cigarette. Je respirais mieux ».

A l’occasion de l’édition du Moi(s) sans tabac 2017, Alfaliquid a décidé d’interroger des vapoteurs afin de découvrir de quelle manière ils avaient découvert la cigarette électronique et surtout, quels ont été les impacts sur leurs corps et leurs vies quotidiennes.

Alexandra, vapoteuse depuis 5 ans maintenant : « Au niveau de ma santé : je ne tousse plus, j'ai retrouvé le goût, en étant chef de cuisine c'est très important ». https://youtu.be/p-k4Do6f0QI

Stéphane raconte sa motivation grâce aux changements effectués sur ses performances physiques :

« Au bout d'un mois, j'étais plus à l'aise, moins essoufflé (…) petit à petit les performances physiques augmentent ».  https://youtu.be/HBHfipCr8Mc

Sur Facebook, il existe de nombreux groupes dédiés à la cigarette électronique et ses usages. Il s’agit d’une grande communauté de vapoteurs qui se soutiennent et partagent leurs conseils. Parfois ils témoignent, comme Martine ; « Le 6 octobre 2019, 2 ans sans tabac mais toujours vapoteuse. Je tiens le coup et honnêtement ça ne me tente même pas de reprendre une cigarette. Toute ma famille est fière de moi. »

De quoi motiver les plus réticents d’entre vous à se lancer dans la cigarette électronique. Le Moi(s) sans tabac approche, cela peut être l’occasion d’arrêter définitivement le tabac !

 -   + 
MENU